Anna Fayard

chorégraphe, danseuse interprète.
Formée fondamentalement auprès de Brigitte Asselineau, elle construit peu à peu un corps poétique pour le geste et la danse. C’est en 2003 qu’elle aborde l’écriture chorégraphique de façon essentielle avec la création des SOLI en étroite collaboration avec Daniel Dobbels. Elle touche la fragilité et la nudité de nos corps par le geste de la danse pris secrètement dans le mouvement des bifurcations et des contradictions. C’est dans cet axe et cet acte de danse qu’elle observe les danseurs et qu’elle approche le geste : la beauté à la fois innocente et ancestrale d’un bras qui se lève, une tête qui s’incline, un pied qui se pose sur une surface invisible, donnant à voir dans un espace mystérieux les possibles mouvements de la pensée de nos corps.
A partir de 2009, elle entreprend la composition de La SAGA, récit poétique et chorégraphique en 6 actes à propos de l’étreinte. Elle s’attarde également sur l’image filmée et l’écriture – ValeVale, la Fugue, Flotte ma brume- afin d’inscrire autrement un mouvement sans lequel elle serait prise, méprise. Une nécessité solitaire vibrante de creuser dans l’obscurité par ces biais, ces transversales, afin de se rapprocher délicatement des forces motrices de notre pensée et de s’acheminer vers les danseurs : « un chorégraphe est nu et désemparé face à la nudité à la fois puissante et vulnérable des danseurs. » C’est ainsi, dans cette dynamique de l’altérité de la danse, que Anna Fayard pratique la pédagogie et la transmission auprès de danseurs, d’amateurs de danse, et aussi de personnes de tous âges, anonymes, venant s’approcher de gestes improbables, de désirs incertains.